De Las Meravilhas Del Monde

De Las Meravilhas Del Monde Dogo Argentino

Dogo Argentino

La communication canine

La communication canine


Pour essayer de comprendre le chien il faut savoir décoder correctement les messages qu'il nous envoie. Ce décodage est loin d'être évident : il faut savoir observer son ou les chiens présents, ne pas tomber dans l'interprétation anthropomorphique. Le langage corporel du chien est une combinaison subtile de signes, les canidés pour communiquer se servent des postures, de l'appel au jeu, des mimiques faciales, de leur queue, de leur regard, des vocalises (y compris grognements, gémissements, couinement, japements, ...), de leurs pelages, des glandes anales, de l'urine et de leurs fèces. Mais ce n'est pas leurs seuls moyens de communication, il y a aussi ce qu'on appelle "les signaux d'apaisements".


Les postures :


Posture normale et détendue d'un chien :

La communication canine

Un chien confiant et sûr de lui :

La communication canine

Le fouet est porté haut, les oreilles pointées vers l'avant, port de tête haut. Tous ces signes révèlent le chien bien dans ses poils.


Posture de menace :

La communication canine

Le fouet raide, immobile, les poils de l'échine dorsale dressés, les oreilles tendues vers l'avant, la gueule entrouverte laissant apparaître les crocs, la position bien campée. Tous les signes indiquent que ce chien a l'intention de soumettre son adversaire et prendre la position de « chef ».


Posture de menace sans assurance :

La communication canine

La queue basse, les oreilles couchées, la gueule largement ouverte, tous les poils dressés. Ce chien menace mais sans assurance, tous les signes indiquent la peur. Quand un chien menace de cette sorte il est préférable de ne pas trop insister et surtout de ne pas essayer de lui ôter toute possibilité de fuite. Car si ce chien se sent "bloqué" gare aux morsures d'auto-défenses.


Posture de tentative de domination :

La communication canine

Le fouet porté haut et agité, les oreilles vers l'avant le regard fixe autant de signes qui révèlent une tentative de domination sur un rival.


Les postures de soumission :

La communication canine

Le dominé envoie des signes de soumission avant le contact physique : la tête basse, les oreilles légèrement couchées, le fouet baissé autant de signes d'allégeance envers le dominant. Un comportement de soumission par anticipation lors de la rencontre  avec un dominant peut se décomposer comme suit : ce comportement équivaut à une demande de nourriture chez le chiot, chez l'adulte c'est un comportement actif de soumission. Pendant le contact ou encore au cours de l'affrontement hiérarchique. Dans le premier cas de soumission le dominé envoie les signaux pour annoncer un contact "amical" en reconnaissant le rang hiérarchique de l'autre. Dans ce deuxième cas de figure ce n'est que lors de l'affrontement que l'un des adversaires envoie ces signes pour reconnaître sa défaite et ainsi faire cesser l'affrontement. Nous avons souvent tendance à mal interpréter la séquence finale de l'affrontement. Il n'est pas rare que le vainqueur après la "reddition" de l'adversaire revienne pour une ultime agression très brève. Par cette dernière il vérifie la soumission de l'autre avant de passer à la phase d'apaisement qui se caractérise par un coup de langue du vainqueur au vaincu et clôt l'affrontement. La hiérarchie est établie. Ce coup de langue est souvent perçu, surtout quand il y a morsure sur humain, comme étant une demande de pardon de la part du chien envers l'homme. Alors qu'en réalité il signifie plutôt "maintenant que tu sais qui est le chef on n'en parle plus".

La communication canine

Il y a plusieurs sortes de soumission : la soumission passive, la soumission active et la soumission agressive.

La communication canine

Soumission passive ou agressive face à l'autorité du dominant


Soumission passive et dominance autoritaire :  Le chien de gauche exprime sa soumission passive. Pour l'apaiser, il présente le cou à son son adversaire, qui lui, le fixe fermement pour manifester sa supériorité.

 

La communication canine

Soumission agressive et dominance pacifique : Le chien de gauche présente un comportement agressif lié à la peur. Celui de droite présente une attitude de domination paisible. Son corps droit, queue et oreilles dréssées, exprime qu'il est sur de lui. Mais pour endiguer l'escalade, il refuse tout contact visuel avec l'agresseur en lui présentant son cou. Attention, la dominance agressive ne passe pas avec tous les chiens dominants. Généralement, le dominant étant surpris de cette soumission agressive reste sur une dominance passive. Avec un chien dominant autoritaire, une soumission agressive de la part du dominé n'aura pas lieu. Il ne prendrait pas de risque inutile. Cependant, certains prendront ce risque et déclencheront une bagarre qui obligera le dominé à se coucher au sol et à adopter une soumission passive comme sur la précédente image.

La communication canine

L'appel au jeu :


Cette position est certainement la plus connue, les antérieurs plaqués au sol, la queue frétillante, les oreilles an avant et des vocalises. Tous ces signes sous-entendent une demande de contact amical. Sachez qu'un appel au jeu peut-être une soumission, le chien peu sûr de lui détourne la menace de l'autre par un appel au jeu.

La communication canine

Les mimiques faciales :


Les mimiques faciales vont permettre au chien de décliner la peur, la soumission, la menace....etc. Pour lire les mimiques faciales on observera : la gueule, les oreilles, et le regard.

-Expression neutre : Attitude neutre (oreilles, gueule, port de tête).


-Mimique de soumission : Les mimiques de soumission sont des expressions de soumission (oreilles, gueule fermée, port de tête). On comprendra aisément que des mutilations comme la coupe ou la taille des oreilles, le port de la muselière peuvent empêcher une bonne communication avec d'autres congénères et ainsi provoquer des affrontements inutiles.

La communication canine

Pour mieux comprendre :

-Photo 1 : expression neutre de la face

-Photos 2, 3, 4 (de haut en bas) : expression de peur croissante

-Photos 5, 6, 7 (de haut en bas) : expression de menace croissante

La communication canine

Le langage du fouet (de la queue) :


Le fouet permet au chien d'envoyer des signaux qui vont renseigner les congénères, au même titre que les postures et les mimiques faciales, sur son état émotionnel, ses intentions, son rang hiérarchique...etc.

La communication canine

Chien sur le point d'attaquer :


En général avant d'agiter sa queue en position haute, qui souvent synonyme d'un combat imminent, on observe le chien en position figé, la queue tendue et immobile.


Chien manifestant de la peur (photo J et K) :


La queue est repliée jusque sous le ventre et plus la peur est grande, plus la queue est plaquée contre le ventre, elle peut remonter jusqu'à l'ombilic. Gare aux morsures faites par un chien dans cet état émotionnel ! La caudectomie (coupe de la queue) constitue une sérieuse entrave à la communication avec les congénères.

La communication canine

Quelques autres moyens de communiquer


Le regard :


Les chiens ne se regardent droit dans les yeux que pour se défier. Fixer un congénère est un comportement compétitif qui a pour but de situer ou d'établir le rang social. Le scénario est invariablement le même : soit l'autre rompt le contact visuel en détournant le regard. Ce qui signifie la soumission. Soit il soutient le regard et fait comprendre à l'autre son envie de se mesurer à lui. Et il y aura escalade dans les signes de menace jusqu'à la soumission de l'un des deux. On considère que 80 % des comportements de compétition se règlent par le regard. Sans que les maîtres ne s'en rendent compte la hiérarchie s'établit en quelques secondes, sans bruit et sans aucun signe physique.


Les vocalises :


Les chiens ont un répertoire vocal relativement vaste. Bon nombre de propriétaires attentifs comptent jusqu'à 7 ou 8 aboiements différents reflétant différents états émotionnels (peur, colère, joie, irritation?etc.) et auxquels il faut ajouter les jappements, les grognements. Les vocalises servent à renforcer un appel au jeu, une menace, un comportement de peur....


Le pelage :


Comme les vocalises, le pelage va servir à renforcer d'autres signes. Une menace modérée s'accompagnera d'un poil modérément hérissé alors que la peur, par exemple, lui fera dresser le poil tout le long de l'échine afin que la menace soit prise au sérieux.


Les glandes anales, l'urine et les fèces :


-Les glandes anales : les substances qu'elles contiennent renseignent les congénères sur le rang social, l'état émotionnel de l'individu. C'est en partie sa carte de visite.

-L'urine : il en est de même pour l'urine. On peut cependant y ajouter qu'elle fournit des renseignements sur le sexe, et l'état de réceptivité (femelle en ?strus). Il n'est pas rare d'observer des chiens qui adoptent une attitude de soumission quand ils reniflent l'urine d'un dominant.

-Les fèces : elles vont servir comme l'urine à marquer le territoire mais elles fournissent également des informations sur l'individu notamment par le biais des substances des glandes anales qui se vident lors de la défécation.


Comportement d'élimination


La miction et la défécation sont utilisées dans un but de communication olfactive et visuelle de marquage du territoire (utilisation de phéromones). Le marquage du territoire est aussi une prérogative du dominant. Celui-ci dépose urines et selles dans des lieux stratégiques bien en vue, et sur les lieux de passage. De plus, lors de la miction, le mâle alpha lève la patte pour renforcer sa position, et cela quand d'autres individus le regardent. Lors de l'élimination, on note une séquence comportementale caractéristique : flairage du sol, élimination et grattage. Chez le dominé il n'y a pas d'utilisation de déjections pour le marquage du territoire, ce rôle étant laissé au chef de meute.


Voici les différentes postures d'élimination d'urine chez le chien en fonction du sexe et de la position significative sociale (Dramard et Hannier 1997) :

La communication canine

Pour que vous puissiez mieux comprendre la communication canine et tout ce qui est écrit jusque-là, voilà un schéma d'une suite logique du comportement canin et des expressions sociales du chien :

La communication canine

Les signaux d'apaisement : pour mieux comprendre et communiquer avec son chien


Les chiens émettent des signaux d'apaisement qu'ils utilisent constamment sans que nous nous en apercevions. Il faut savoir que votre chien vous connait par cœur sans que vous le sachiez et c'est ainsi qu'il adoptera ses attitudes selon vous et ce dans le bon sens comme dans le mauvais. C'est à vous de déchiffrer et de connaître par cœur votre chien afin de pouvoir anticiper et agir correctement sur ses attitudes bonnes ou mauvaises, son éducation, sa socialisation, son caractère dominant ou soumis, ses rencontres avec ses congénères... et ceci pour le bien-être de votre chien ainsi que le votre. Une bonne communication se fait par une bonne interprétation des signaux de votre chien ainsi que par vos connaissances sur ce sujet. Les chiens savent que nous ne sommes pas des chiens mais naturellement et logiquement, ils vont essayer de communiquer avec nous dans leur "langage". C‘est pour eux la seule façon de se faire comprendre de nous. Ils attendent donc de nous que nous les comprenions et, quand ceci n’est pas le cas, certains chiens déjà anxieux vont ressentir du stress et un besoin d’échapper au contact de l’humain. Nous pouvons apprendre au chien à associer certaines sonorités à des comportements précis « assis », « viens », etc… Mais nous ne pouvons pas leur demander de comprendre l'ensemble de notre langage, c’est à nous d’apprendre le leur afin de comprendre leurs émotions et de communiquer avec eux. C'est en cela que les signaux d'apaisement sont essentiels et que nous devons les connaître.

Les signaux d'apaisement ont étés découverts et étudiés par Turid Rugaas, éducateur comportementaliste norvégienne. Son livre est très intéressant et super facile à lire. Vous pourrez le trouver dans les librairies et les animaleries. Le prix est compris entre 16 et 41e suivant les magasins.

Je vous joint 2 dossiers à télécharger et à lire qui pourront vous aider dans la compréhension des signaux d'apaisements et dans le comportement canin. Vous les trouverez dans la rubrique "téléchargement" à "Les signaux d'apaisements dossier 1" et à "Les signaux d'apaisements dossier 2".


Ces signaux utilisés par le chien servent à éviter certaines situations déstabilisantes émotionnellement ou à arrêter, voire modifier, un début d’interaction non souhaitée avec un congénère ou un humain. Ces signaux peuvent devenir une aide précieuse pour la personne désirant comprendre l’état émotionnel d'un chien (le sien ou un autre) dans un contexte environnemental particulier. Ils servent en fait à la fois à apaiser l'autre (congénère ou humain) et à apaiser le chien qui les émet.


Le langage canin :


Avant de commencer, il est important de bien comprendre le langage du chien et ses codes qui vont avec, c'est-à-dire les signaux d'apaisements qu'ils envoient :

La communication canine


Il est important aussi de bien comprendre la peur et l'anxiété chez votre chien et les signaux qu'ils vous envoient pour vous le montrer :

Si vous avez des enfants :


Apprenez à vos enfants comment ils doivent se comporter avec un chiot. Apprenez à votre chiot à être manipuler dans tous les sens du terme car les enfants ont toujours tendance à embêter le chien même si ce n'est que pour jouer. Plus vous apprendrez à votre chiot la manipulation plus vous prévenez tout risque d'accident de morsure de votre chien sur vos enfants. Apprenez à vos enfants l'éducation canine et les biens faits que cela engendre dans les relations enfants-chien et vice-versa. Faites participer vos enfants aux tâches que vous faites pour le chiot. Exemple: donner la gamelle...


Comment interpréter le langage du chien face à un enfant :

La communication canine

Si vous n'arrivez pas à lire les textes, voici le lien vers la photo ci-dessus : http://p4.storage.canalblog.com/46/72/539392/73739974.jpg


Quelques recommandations pour que les enfants sachent ce qu'ils peuvent faire et ce qu'ils ne peuvent pas faire avec un chien :



Si vous n'arrivez pas à lire les textes, voici le lien vers la photo ci-dessus : http://p3.storage.canalblog.com/34/98/539392/74362580.jpg


Zone de confort ou bulle de sécurité :


Chaque chien a une zone de confort qui est une bulle de sécurité pour lui. Il faut veiller à bien observer son chien pour connaitre ses réactions afin de ne jamais aller au conflit et ainsi anticiper pour agir avant que le chien dépasse sa zone de confort. Si vous franchissez la zone de confort d'un chien ou que vous vous y prenez mal face à un chien il peut réagir par la peur de différentes façon. Voici les bons gestes que vous devrez faire pour que la bulle de confort de votre chien soit respecter :

Petite précision :
BAT veut dire Behavior Adjustment Training/ Formation de réglage du comportement. Autrement dit c'est une méthode où l'on apprend à son chien à ajuster son comportement selon les situations.

BAT (behavior adjustment training) : Structure de base


Etape 1 : zone de confort. Le chien aperçoit le déclencheur dans sa zone de sécurité. Choisir une distance où le chien se trouvera sous son seuil de tolérance afin qu'il puisse garder son autocontrôle.

La communication canine

Etape 2 : attendre la bonne réponse. Provoquez-la s'il le faut. Attendre un signal de désamorçage, dès que le chien décroche de la cible, comme décrit ci-dessous.

La communication canine

Etape 3 : marquez le bon choix à l'instant. Par exemple, utilisez un marqueur verbal comme le mot "oui" !

La communication canine

Etape 4 : récompense fonctionnelle-distance du déclancheur. Eloigner rapidement le chien dans le sens opposé sans tirer sur la laisse.

La communication canine

Etape 5 (optionnelle) : récompense Bonus-friandises ou jouets. Friandises ou jouets sont des récompenses falcutatives qui peuvent intervenir après la récompense fonctionnelle.

La communication canine

Si votre chien dépasse sa zone de confort :


Si le déclencheur est trop près, bouge soudainement, et si votre chien se retrouve coincé à son seuil de tolérance ou dépasse sa zone de confort... :

-accélération de la respiration

-sur ses gardes

-muscles tendus

-tension sur la laisse

-ne répond plus au maître, obnubilé par le déclencheur

-toute autre détérioration du comportement

La communication canine

Cesser l'expérience en appelant le chien par son nom, en faisant un son, en secouant la laisse afin d'obtenir son attention. Ne criez pas après le chien. Eloignez le chien du déclencheur qui lui demeure immobile et en vue, ou éloignez-vous dans le sens opposé, ou en diagonale.

La communication canine

Retournez à l'étape 1. Regardez le déclencheur d'une distance plus sécuritaire.

La communication canine

Si vous n'arrivez pas à interagir voilà ce que votre chien fera :


Ceci représente le seuil de réactivité de la zone de confort d'un chien.

La communication canine

Apprendre à saluer un chien est important car il évite bien des soucis :

La communication canine

La communication canine

Ce que vous pouvez utiliser vous même comme moyen de communication envers votre chien :

La communication canine

La communication canine

Pour mieux comprendre la communication canine entre congénères et entre un humain:

La communication canine

La communication canine

Si vous n'arrivez pas à lire les textes, voici le lien vers la photo ci-dessus : http://alapucealoreille.fr/wp-content/uploads/2012/09/Apaisement-chien-alapucealoreille.fr_.jpg


Les principaux signaux d'apaisement

La communication canine

La communication canine

Si vous n'arrivez pas à lire les textes, voici le lien vers la photo ci-dessus : http://p0.storage.canalblog.com/07/35/539392/73739989.jpg

-Détourner le regard est un signal d'apaisement. Le chien qui détourne le regard devant un autre chien ou un humain signale qu'il ne veut pas de confrontation. Il peut tourner sa tête légèrement à un côté, la faire tourner complètement ou se retourner lui me entièrement pour en arriver à être de dos. C'est un des signaux que vous pouvez voir très souvent chez les chiens quand quelqu'un s'approche de votre chien, quand vous semblez fâché, agressif ou menaçant, quand vous vous pliez au-dessus d'un chien pour le caresser, l'essuyer ou le sécher, quand vous rendez vos sessions d'éducation trop longues ou trop difficiles, etc...

-Les yeux qui tournent de droite à gauche : c'est à peu près le même signal que celui cité précédemment. Le chien l'utilise quand un congénère s'approche, lorsqu'on le fixe ou lorsqu'on arrive droit sur lui.

-Renifler parterre est un signal fréquemment utilisé. Quand vous vous promenez avec votre chien et que quelqu'un vient vers vous, dans les endroits bruyants ou quand le chien voit des objets dont il n'est pas sûr de savoir ce que c'est. Renifler parterre peut consister à déplacer le nez vite vers le bas où à le coller à terre et à renifler constamment pendant plusieurs minutes.

-Se lécher la truffe : il arrive que le «coup de langue» soit très rapide, presque imperceptible pour quelqu'un qui n'a pas l'habitude d'observer ce signe.

-Le chien se tourne pour nous présenter son arrière-train : calme une situation ou un individu trop énervé. Peut servir pour dissuader les chiots qui sautent nerveusement.

-La position d'appel au jeu : pour calmer un individu en colère ou pour prendre les devants face à un individu dont le chien n'est pas sûr.

-La position "assis" : est utilisée par le chien pour garder une atmosphère détendue ou pour mettre en confiance un individu qui ne l'est pas.

-La position couchée très droit regard fixe : souvent employée pour signaler ses bonnes intentions et pour adoucir les interactions dès le départ. Calme immédiatement les intentions de l'autre.

-Se gratter : pour échapper mentalement à une situation que le chien n'arrive pas à gérer.

-Le bâillement est un signal d'apaisement: quand le chien est mal à l'aise, inquiet ou simplement excité, en attendant quelque chose d'agréable comme la promenade journalière, bâiller lui permet de se calmer. De la même façon, il essaie de calmer un autre chien (ou un humain) qui s'approche et dont il ne connaît pas les intentions ou dont il a l'impression qu'il se fâche.....

-Les battements de queue: sont utilisés pour calmer, mais ne signifient pas toujours que le chien est joyeux.

-L'étirement: indique que le chien est confus et qu'il veut se sortir de la situation.

-Marcher lentement est un signal d'apaisement. Le chien est mal à l'aise et cherche à se calmer ou à calmer l'individu avec qui il communique. Votre chien vient-il très lentement quand vous l'appelez ? Si oui, vérifiez la tonalité de votre voix, votre posture, ... Semblez-vous fâché ou strict ? Cela peut être la raison pour qu'il veuille vous calmer en marchant lentement. Alors détendez-vous. Une autre raison à ce comportement, le chien sait qu'à chaque fois qu'il est appelé, il est remis en laisse.

-Se positionner entre deux individus: peut servir pour s'interposer face au chien afin qu'il cesse ce qu'il est en train de faire.

Tous ces signaux sont à adapter et prennent toute leur signification en fonction de la situation, du caractère de votre chien, de son regard dont il faut tenir compte.

Voici des exemples de signaux d'apaisement entre chiens et entre chiens et humains.

1er exemple: une agression très prévisible qui aurait pu être évitée si le journaliste et le propriétaire du chien avaient maîtrisé les signaux d'apaisement. Sur cette scène, tout va extrêmement vite (nous ne voyons pas le début de l'interaction entre l'homme et le chien mais il y a fort à parier que le chien avait déjà émis pas mal de signaux avant de passer à l'acte).

Que se passe-t-il? Le chien n'est pas à l'aise du tout (détournement de la tête, léchage de la truffe). Au moment où le chien, par ces signaux d'apaisement, essaie de faire comprendre au journaliste qu'il ne veut plus d'interaction, celui-ci fait le contraire et se penche au-dessus du chien. Les signaux d'apaisement émis n'étant pas respectés (l'homme reste au contact), le chien se fige et agresse. Pour ce chien, ses signaux étaient clairs, il n'avait pas d'autre choix pour arrêter cette interaction trop stressante pour lui que l'agression car il n'avait pas le choix de la fuite dans la mesure où il était tenu en laisse.

Si elle avait connu les signaux d'apaisement, cette personne aurait pressenti le malaise du chien et se serait écartée au lieu de se rapprocher. Quant au maître, il aurait dû connaître suffisamment son chien, il aurait dû savoir le "lire" pour savoir ce qu'il était capable de supporter et aurait pu l'éloigner avant que l'agression ne se produise et surtout que le chien se retrouve dans un état émotionnel si négatif.


2ème exemple: chien anxieux face à un objet. Ici, la maîtresse tient un haltère d'obéissance, le chien émet des signaux (il n'est pas à l'aise par rapport à cet objet ou au contexte): détournement du regard puis de la tête, léchage de truffe, bâillement. Contrairement au 1er exemple, le chien est tout de même plutôt corporellement détendu malgré tout. Si cette personne veut entraîner son chien à la prise en gueule de l'haltère, il faudra d'abord associer celle-ci à quelque chose d'agréable. Pour l'instant, la simple présence de cet objet le dérange.

La plupart des chiens se "contentent" d'émettre des signaux (ils en émettent en permanence) et ne vont pas jusqu'à l'agression (le caractère, la situation et le vécu du chien joue pour beaucoup). Ce n'est pas parce qu'un chien lèche sa truffe qui va vous sauter dessus, cela signifie juste qu'il essaie de communiquer, de vous apaiser (et de s'apaiser aussi). Ou alors il exprime juste le fait qu'il sent qu'il a du mal à gérer cette situation. C'est en fonction des cas et du chien. C'est le chien dans sa globalité qu'il faut savoir "lire" ainsi que la situation à laquelle il est confronté. Un chien très tendu, immobile, qui se lèche la truffe de manière répétitive signifie qu'il est vraiment mal. Un chien qui se lèche la truffe mais qui est détendu veux juste apaiser (un homme ou un autre chien).


Tout ceci est basée sur une méthode de communication simple et claire entre le chien et nous. Cela permet de mieux se comprendre et d'adapter l'éducation et l'apprentissage du chien ainsi que de l'humain plus facilement et sans contrainte réelle. Ce qui améliore considérablement l'osmose et la confiance entre votre chien et vous ainsi que le bien-être du chien. L'éducation positive vous permettra en plus de la communication canine, le langage canin, les signaux d'apaisement.... d'éduquer votre chien en toute simplicité.


Méthode d'éducation positive :

L'apprentissage du chien repose sur 2 éléments: le renforcement et la punition.


Un renforcement ou une punition peut être soit :


- Positif : par l'ajout d'un stimulus (à ne pas confondre avec bien)

- Négatif : par le retrait d'un stimulus (à ne pas confondre avec mal)


Le renforcement


Le renforcement est un procédé qui augmente la probabilité de répétition d'un comportement.

Il existe 2 types de renforcement:


- le renforcement positif (R+): le mot positif veut dire qu'on ajoute quelque chose

- le renforcement négatif (R-): le mot négatif veut dire que l'on retire quelque chose

Qu'il soit positif ou négatif le renforcement sert à augmenter la fréquence d'apparition d'un comportement.


Le renforcement positif (R+)


Il consiste à donner un stimulus agréable (récompense) qui augmente la fréquence d'apparition d'un comportement.

Qu'est-ce qu'une récompense pour un chien? Quand on parle de récompense en éducation canine, on pense souvent à la friandise, au jouet, à la caresse mais une récompense pour un chien, c'est peut être n'importe quoi dont le chien a envie. Si l'on essaie, par exemple, de récompenser un chien qui s'assoie en lui donnant une balle alors que son plus grand désir est, à ce moment précis, d'aller jouer avec un congénère, nous ne sommes pas dans le renforcement. Du point de vue du chien la balle n'est pas une récompense adéquate même si, habituellement, ce chien aime jouer.


Le renforcement négatif (R-)


Le renforcement négatif consiste à supprimer un stimulus désagréable ou douloureux. C'est un évènement qui augmente la fréquence d'apparition d'un comportement grâce à un retrait ou à l'arrêt d'un stimulus désagréable. Le R- est aussi appelé confort/inconfort. Par exemple, apprendre à un chien le « couché » en faisant une tension continue sur la laisse (inconfort) jusqu'à ce que le chien se couche et au moment où il se couche, la laisse est relâchée (confort).


La punition


La punition est un procédé qui réduit la probabilité de répétition d'un comportement.

Comme pour le renforcement, il existe 2 types de punition:


- la punition positive (P+): le mot positif veut dire qu'on ajoute quelque chose

- la punition négative (P-): le mot négatif veut dire que l'on retire quelque chose

Qu'elle soit positive ou négative, la punition sert à réduire la fréquence d'apparition d'un comportement.


La punition positive (P+)


Elle consiste à ajouter (+) un stimulus désagréable, dans le but de diminuer la fréquence d'apparition d'un comportement

(coup de laisse/collier pour la marche au pied, claques, cris ...).


La punition négative (P-)


Elle consiste à retirer (-) au chien ce qu'il veut obtenir à l'instant précis, dans le but de diminuer la fréquence d'apparition d'un comportement (le chien tire = le maître se bloque, le chien saute pour obtenir l'attention = le maître se détourne, le chien bouscule son maître pour passer la porte avant lui = la porte se ferme ...).

La docilité et les manipulations


Force est de constater que dans bien des cas, elles ne sont pas suffisamment travaillées.


Beaucoup de chiens sont intolérants aux manipulations alors qu'elles sont importantes et courantes dans sa vie. Il y aura tous les soins que vous aurez à lui donner régulièrement chez vous: bains, brossage, nettoyage des yeux, des oreilles, vérification des dents (encore plus chez le chiot dans la période où il les perd), coupe des griffes, enlever une tique qui peut très bien se planter dans des endroits insoupçonnés (anus, fourreau d'un mâle, vulve d'une femelle, paupière, etc...), appliquer une pommade entre les doigts de pied, etc... Et puis, il y aura toutes les autres manipulations pratiquées par un tiers comme le toiletteur, l'ostéopathe canin, le vétérinaire et ses assistantes.

Alors comment y parvenir? Comme pour la socialisation la fréquence des manipulations n'est rien sans la façon dont on procède. Manipuler son chien/chiot souvent mais en le forçant, en le bloquant (au risque même de lui faire mal souvent) ne vous mènera à rien si ce n'est à rendre la situation encore plus désagréable pour lui et pour vous. Ici encore, il y aura des chiens/chiots qui seront naturellement assez dociles et d'autres pas du tout. Toute la réussite de l'apprentissage de la docilité réside dans l'association positive que vous créerez.

Par exemple:

on touche une patte = friandise

on touche l'oreille = friandise

on regarde les dents = friandise

on touche la queue = friandise

on prend par le collier = friandise

etc...


Si suite à cette première étape, le chiot/chien n'a pas de réactions de stress, on passe à l'étape suivante:

on prend la patte = friandise

on manipule l'oreille, on regarde dedans = friandise

on ouvre la gueule, on regarde à l'intérieur = friandise

on prend la queue = friandise

on tire sur le collier = friandise

etc...


On s'exerce ainsi jusqu'à ce que le chiot ou le chien soit complètement à l'aise puis:

on tire légèrement sur la patte, on approche un coupe griffe = friandise

on tire légèrement l'oreille, on approche le produit = friandise

on ouvre la gueule, on touche les dents, la langue = friandise

on tire légèrement la queue, on la soulève = friandise

on secoue légèrement le collier = friandise

etc...

Attention, on ne manipule jamais jusqu'à faire mal au chiot/chien, on ne va jamais au-delà de ce qu'il peut supporter. S'il est dans l'évitement ou émet des signaux de stress ou part, on retourne à l'étape précédente. Ce n'est pas un problème. Avec cette technique, on a des chiens à toute épreuve. On rend positif ce qui, à la base, n'est pas forcement agréable. Une fois cela acquis avec le maître, on peut s'exercer de la même façon avec d'autres personnes.

Excitation - retour au calme et gestion de la frustration


Gestion de l'excitation : Jamais un chien ne doit obtenir ce qu'il souhaite s'il utilise: la force, l'excitation, l'énervement, s'il bouscule (le maître ou un autre chien). Par exemple, vous voulez détacher votre chien pour qu'il aille jouer avec des congénères. Ne le détachez jamais s'il aboie, tire sur la laisse car au final, vous le récompenseriez et renforceriez ces comportements. Attendez plutôt un retour au calme pour l'autoriser à aller jouer.

Autre exemple, vous vous apprêtez à sortir votre chien. Vous prenez la laisse, votre chien saute, s'excite, vous bouscule...


- 1ère solution : si le chien connaît déjà le "assis", on anticipe l'excitation en demandant un "assis" avant toute manifestation d'excitation. Si au moment de prendre la laisse, le chien se lève ou s'énerve, on repose la laisse à la 1ère marque d'énervement et le chien reste en plan, la promenade sera décalée de quelques minutes. Le but étant d'apprendre au chien que s'il utilise l'excitation, il obtient le contraire de ce qu'il souhaitait.

Il suffit d'être constant et de recommencer jusqu'à ce que le chien est compris que seul son calme lui permettra d'être mis en laisse pour aller se promener.


- 2ème solution : l'attente. On attend, laisse en main, sans bouger, sans parler, sans regarder le chien, le temps qu'il se calme (s'assoie ou reste en place). Une fois qu'il s'est calmé, on met la laisse et hop, promenade! Pour des chiens très excités, cela prendra du temps la 1ère fois mais cela sera de plus en plus rapide les fois suivantes si là aussi vous êtes constant.

- 3ème solution: pour moi la plus simple, travailler l'association laisse = assis. Séance type: on prend la laisse, on dit "assis", le chien s'assied, on lui donne une friandise, on repose la laisse. Puis, on reprend la laisse et on recommence la procédure plusieurs fois dans la journée sans forcément que cela soit suivi d'une promenade, le but étant que le chien associe: "mon maître prend la laisse, alors je dois m'asseoir!"

Apprentissage de la gestion de la frustration : Un chiot ou chien doit savoir attendre, à patienter, à ne pas devenir un toutou capricieux. Pour cela, il faut systématiquement apprendre au chien à ne pas avoir tout, tout de suite ou tout à la même heure ou tout quand il demande ou réclame. Sachez être imprévisible!

Par exemple, on remplit la gamelle, on la pose en hauteur et on va passer un coup de téléphone, on ne donnera le repas qu'après. Pareil pour la promenade, on se prépare, on prend la laisse puis on va faire autre chose et le chien doit attendre 5 min avant d'aller se promener... C'est tout simple!
Le chien doit se reposer sur vous et non sur la situation.


Excitation et retour au calme : Ici, on se sert du jeu de traction pour apprendre au chien à se contrôler et à retrouver rapidement son calme (le chien ne doit pas prendre la corde avant que l'on lui demande et il doit lâcher sur commande).

Voir aussi dans la rubrique "
Le chiot" : la socialisation + la propreté + alimentation du chiot + gamelle et possessivité dans "Accueillir un chiot" + l'inhibition à la morsure dans "Le controle de la morsure et l'inhibition".

Photos et articles basés et tirés des sites : canidéclic, zen mon chien, border collie passion, abc éducation canine, doggie drawings, le blog de diouk et diablo, le forum facebook "Passion chien : Education et sports canins", à la puce à l'oreille et enfin le livre de turid rugaas, entre autres...


 


Las Meravilhas Del Monde